--

HISTOIRE de l'AUDIO ----

de l'analogique au numérique--

Le principe de l'analogique est basé sur le fait qu'une vibration sonore, provoquée par le mouvement des molécules d'air, ne peut passer que progressivement d'une valeur à une autre.

Jusqu'en 1975, c'est sur ce principe qu'a été créé puis développé tout ce qui concernait l'enregistrement et la reproduction de l'audio.

Les dates importantes :

1807 : l'américain Thomas Young construit un appareil capable d'inscrire des vibrations acoustiques sur la surface d'un cylindre enduit de suie.

1877 : Thomas Edison construit le premier appareil qui autorise l'enregistrement et l'écoute de sons.

1888 : Oberlin Smith étudie l'idée d'enregistrement magnétique et propose des expériences.

1889 : Le premier enregistrement magnétique est accompli par le physicien danois Valdeman Poulsen. Cet appareil le "Télégraphon" est constitué d'un cylindre sur lequel est enroulé un fil d'acier qui tourne sous un électro aimant.

1889 : Invention du premier enregistreur à fil par Valdemar Poulsen ou le support d’enregistrement est une bobine de fil d’acier. Cet appareil le "Télégraphon" sera vendu à plusieurs à milliers d'exemplaires jusque dans les années 1954/1955 ou son succès décline avec l’apparition du magnétophone à bande.

1903 : Poulsen améliore son système en remplaçant l'électro-aimant utilisé au départ par un aimant à champ continu qui constitue une amélioration importante.

1905-1926 : L'industrie mise tout sur le 78 tours et les recherches sur les enregistreurs sont ralenties.

1912 : Premiers enregistrements commerciaux sur disques par Edison

1929 : Premier disque longue durée par RCA Victor qui se transforme en fiasco du fait de la polularité du 78 tours.

Pendant ce temps les radios américaines essayent de décourager l’utilisation des enregistrements se sentant menacées dans leur activité basée totalement sur le direct.

1931 : Pfleumer et A.E.G. conçoivent et construisent le premier enregistreur à bande magnétique.

1934 : L'I.G. Compagnie Farben (BASF), à la demande d'AEG, fabrique la première bande magnétique sur une base plastique.

1937 : Alec H. Reeves invente la technologie PCM alors qu’il travaille pour ITT. Le principe de cette invention : mesurer de façon répétitive et à intervalles suffisamment rapprochés l’amplitude d’un signal audio et donner à celle-ci une valeur numérique, on dit aussi digitale. Derrière cette idée se profile déjà le traitement informatique ou les valeurs sont représentées conventionnellement par des suites de zéros et de uns. C’est de cette façon que fonctionnent les ordinateurs mais aussi la représentation des enregistrements audionumériques.

1947 : Weber et Von Braunmhl d'AEG développent la haute fréquence qui améliore la qualité de manière décisive et le "Magnétophone" devient une machine d'excellente qualité.

1947 : Lancement du microsillon 45 tours

1948 : Apparition du 33 tours proposé par Columbia Record

1948 : L'usage des magnétophones devient plus répandu, mais ils sont encore lourds et volumineux; les enregistreurs mobiles sont eux installés dans des camions.

Aussi c’est à partir de la seconde moitié du siècle qu’apparaissent les deux premiers standards du disque vinyle qui allaient servir de vecteur à la diffusion de l'audio dans le grand public.

1958 : Apparition de la stéréophonie

1975 : Tous premiers enregistrements audionumériques point de départ de l’autre révolution de l’audio.

1976 : Première démonstration de ce qui allait devenir l'ordinateur individuel par Steve Wozniak avec l’Apple I

1977 : Steve Wozniak associé à Steve Jobs commercialise l’Apple II symbole de l’ordinateur domestique.

1977 : Premier enregistrement 16 bits par Thomas Stockham de la société Soundstream. C’est à partir de ce moment que l’informatique individuel et l’audio numérique deviennent étroitement liés pour ensuite devenir inséparable en ce début de 21ème siècle.

1980 : Etablissement du standard du CD. Le terme PCM (Pulse Coded Modulation) ou modulation par impulsions codées désigne le fait que le signal analogique est transformé en impulsions. A cette époque on estime que 44100 mesures ( ou échantillons) par seconde pour couvrir la gamme de fréquences audibles jusqu’à 20 kHz sont suffisantes.

Autre avantage du codage numérique il est possible d’insérer dans les données audio des informations permettant de détecter et corriger les erreurs des systèmes d’enregistrement et de lecture mais aussi d’y insérer des commandes en particulier dans le domaine du diaporama et de la multivision. Dans le même temps le Compact Disc normalisait la résolution à 16 bits correspondant à 65000 pas différents dans l’analyse du volume instantané des signaux. Cette résolution permet une dynamique théorique de 96 dB.

1982 : Sortie du premier lecteur de CD par Sony. C’est à partir de ce moment là que nous assistons au déclin inexorable du disque vinyle.

1987 : Sortie des premiers enregistreurs/lecteur DAT. Initialement prévu pour le grand public ce sont les professionnels qui vont finalement en prendre possession pour leur mixages stéréo.

1989 : Sortie du premier système audionumérique populaire par Sound Tools

1991 : Sortie du premier multipiste numérique par Alésis.

1992 : Sortie du minidisc par Sony

1993/1994 : Sortie des premiers direct-to disc destinés au studio d’enregistrement personnel

1996 : Premiers enregistrements 24 bits/ 96 Khz

1997 : Sortie du standard MP3

1999 : Définition du standard DVD Audio

2000 : Sortie des premiers lecteurs Super CD 24bits/96 kHz ou DSD (disque Super Audio de Sony/Philips) destinés au grand public. (M.D.le 28/06/01)

A Suivre…

Sources : revue Home Studio de Mars 99 et le site de Nagra.

Contactez notre point Info pour toute question liée à m.objects >>>.Copyright 2014 . M D . Tous droits réservés.<<<